COVID-19: MISE À JOUR EARNSCLIFFE No. 6

COVID-19: MISE À JOUR EARNSCLIFFE No. 6

Alors que nous amorçons la deuxième semaine complète de la crise de la COVID-19, le fil conducteur demeure la croissance : tant en termes de nombre de cas – et de décès – enregistrés au Canada, qu’en termes d’ampleur et de portée des réactions des gouvernements.

Les instructions du premier ministre aux Canadiens de « rentrer chez eux et de rester chez eux » sont devenues un peu plus fermes aujourd’hui, alors que l’Ontario et le Québec ont ordonné la fermeture d’entreprises non essentielles et que la Colombie-Britannique a annoncé ses propres mesures économiques. Une réunion des premiers ministres aujourd’hui a permis de discuter de la poursuite de la collaboration nationale sur les mesures supplémentaires qui pourraient être nécessaires, et de la nécessité éventuelle de limiter le trafic frontalier interprovincial pour aider à aplanir la courbe.

Enfin, la Chambre des communes se réunira brièvement demain avec une participation minimale (proportionnelle à sa composition habituelle), afin d’adopter une loi donnant effet aux mesures de relance proposées par le gouvernement. La séance sera régie par l’environnement post-partisan de la réponse à la crise, tous les partis s’engageant à soutenir le gouvernement pour assurer une réponse rapide et audacieuse afin de soutenir les Canadiens et l’économie nationale.

L’ONTARIO ET LE QUÉBEC FERMENT TOUTES LES ENTREPRISES NON ESSENTIELLES

Les premiers ministres Ford et Legault ont annoncé aujourd’hui que l’Ontario et le Québec fermeront tous les commerces non essentiels à compter de mardi minuit pour ralentir la propagation de COVID-19.  L’interdiction de l’Ontario est d’au moins deux semaines, tandis qu’au Québec, la fermeture durera jusqu’au 13 avril.  L’Ontario publiera demain une liste de ce qui constitue des magasins et des services essentiels et non essentiels. Dans leurs annonces, les premiers ministres ont souligné que les aliments et les médicaments continueront d’être disponibles à l’achat. La liste des entreprises non essentielles du Québec a été mise en ligne aujourd’hui.

L’UTILISATION DE LA LOI SUR LES MESURES D’URGENCE TOUJOURS À L’ÉTUDE

Alors que le nombre de cas de COVID-19 se propageant par transmission communautaire augmente, les appels demandant au gouvernement fédéral d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence se multiplient. On s’inquiète du fait que certains Canadiens continuent de faire fi des mesures de distanciation sociale nécessaires pour empêcher la propagation de la COVID-19. La pression monte pour que le gouvernement fédéral prenne des mesures d’application plus sévères afin de contraindre à l’isolement et d’uniformiser la mosaïque d’interdictions de rassemblement qui ont été imposées par les provinces et les municipalités partout au pays.

En fin de semaine, le premier ministre McNeil de la Nouvelle-Écosse, visiblement en colère, a invoqué la loi sur les mesures d’urgence de sa province : « Des centaines de personnes se rassemblent sur nos plages et dans nos parcs, de grands groupes de personnes se rassemblent, des jeunes jouent au hockey de rue, des voitures sont stationnées partout, les gens ne respectent pas la loi. Nous avons affaire à un virus mortel et ce comportement est inacceptable ».

Alors que le premier ministre Trudeau a déclaré que le gouvernement continuait à invoquer la Loi sur les mesures d’urgence, la ministre de la Santé Hajdu a été beaucoup plus directe, en déclarant que les gouvernements fédéral et provinciaux étudiaient les moyens de normaliser les conseils de santé publique, « Si nous ne parvenons pas à obtenir un consensus, cela nous indiquerait que nous avons besoin de mesures plus fortes ». Se référant aux pouvoirs dont elle dispose en tant que ministre de la Santé en vertu de la Loi sur la quarantaine, la ministre a déclaré : « Permettez-moi d’être parfaitement claire. Nous utiliserons toutes les mesures de notre boîte à outils au niveau fédéral pour assurer la conformité… nous avons des mesures qui pourraient inclure des sanctions monétaires jusqu’à des sanctions pénales ».

Dans ses remarques ce matin, le premier ministre a lancé un avertissement sévère et peut-être final aux Canadiens pour qu’ils obéissent aux avertissements de santé publique sur l’éloignement social, bien qu’il ait noté que l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence impliquerait que le gouvernement fédéral assume certains pouvoirs qui sont actuellement de la compétence des provinces. La vice-première ministre Freeland a ensuite déclaré que l’utilisation de la Loi serait abordée lors de l’appel entre le premier ministre et les premiers ministres provinciaux à 16 h 30 aujourd’hui.

RAPATRIEMENT DES CANADIENS PRIS À L’ÉTRANGER

Le gouvernement fédéral continue de travailler avec les compagnies aériennes et les gouvernements d’autres pays pour faciliter le retour au pays des Canadiens qui sont à l’étranger. Un avion de Canadiens est rentré du Maroc samedi, mais de nombreux Canadiens sont coincés dans des pays où les restrictions sur les mouvements intérieurs sont très strictes. Le ministre d’Affaires mondiales Canada, M. Champagne, a indiqué qu’il avait eu des conversations avec ses homologues au Pérou, en Espagne, au Maroc, en Équateur, au Salvador, au Guatemala et au Honduras pour faciliter la sortie des Canadiens.   Des vols vers plusieurs de ces pays auront lieu dans les prochains jours. Le premier ministre a également assuré les Canadiens à l’étranger qu’ils ne seront pas abandonnés et que des efforts supplémentaires seront faits pour fournir des informations et un soutien financier.

LE PARLEMENT REPREND SES TRAVAUX MARDI

Le leader de la Chambre, M. Rodriguez, a confirmé qu’à la suite des consultations avec les partis politiques, le Parlement reprendra ses travaux pour une séance d’une journée, mardi à midi. L’objectif de cette séance sera d’adopter la législation nécessaire à la mise en œuvre des mesures de soutien économique que le gouvernement a annoncées la semaine dernière. Le Sénat siégera mercredi.

La séance durera quatre heures et demie et impliquera environ 30 députés, proportionnellement à la position des partis à la Chambre des communes : 14 libéraux, 11 conservateurs, trois membres du Bloc Québécois et du NPD chacun et un du Parti Vert.

COMMENT LE GOUVERNEMENT PEUT-IL AIDER AU MIEUX L’ÉCONOMIE?

Lorsque la Chambre des communes se réunira demain, elle se penchera sur la série de mesures que le gouvernement fédéral a annoncées la semaine dernière pour aider les Canadiens et les entreprises en difficulté financière. En plus d’augmenter l’Allocation canadienne pour enfants et de doubler le montant maximal du crédit d’impôt pour la TPS pour l’année de prestation 2019-2020, le gouvernement appuiera les entreprises par le biais d’un programme limité de subventions salariales et aidera les chômeurs en réduisant le délai d’attente d’une semaine pour le début des prestations. Ceux qui ont critiqué cette approche ont fait part de leur inquiétude que la proposition de subvention salariale – 10 % de la masse salariale, jusqu’à un maximum de 1 375 $ par employé et 25 000 $ par employeur pendant trois mois – est peut-être trop petite pour empêcher les entreprises de fermer leurs portes, et des chèques d’assurance-emploi plus rapides n’empêcheront pas les mises à pied provisoires.

Les porte-parole des entreprises ont clairement indiqué que cette double approche était inadéquate et ont demandé au gouvernement fédéral d’opter plutôt pour un programme qui couvrirait une part beaucoup plus importante des coûts salariaux liés aux mises à pied d’employés. Ils affirment que la préservation des emplois est la clé pour retenir les employés, ce qui permettra de minimiser les perturbations de l’économie lorsque la crise de la COVID-19 prendra fin. Dans d’autres juridictions, le Danemark et le Royaume-Uni ont pris les mesures les plus agressives; le Danemark avec une couverture de 75 % du salaire des travailleurs, tandis que la Grande-Bretagne couvrira 80 %. La Suède et la Nouvelle-Zélande ont fait de la protection de l’emploi une condition du soutien.

NOUVELLE ANNONCE : AIDE AUX AGRICULTEURS ET AUX PRODUCTEURS ET APPUI À LA MISE AU POINT DE VACCINS

Le premier ministre a annoncé aujourd’hui un soutien à la capacité de prêt des producteurs, des entreprises agroalimentaires et des transformateurs de produits alimentaires. Financement agricole Canada fournira une capacité de prêt supplémentaire de 5 milliards de dollars à ces groupes afin d’offrir une plus grande souplesse aux agriculteurs qui ont des problèmes de trésorerie et aux transformateurs qui sont touchés par des pertes de ventes. En outre, les agriculteurs admissibles qui ont un prêt en souffrance au titre du Programme de paiements anticipés (PPA) et qui doivent le rembourser au plus tard le 30 avril bénéficieront d’un sursis de défaut, ce qui leur donnera six mois supplémentaires pour rembourser le prêt. Les agriculteurs admissibles qui ont encore des prêts sans intérêt en cours auront la possibilité de demander une portion supplémentaire de 100 000 $ sans intérêt pour 2020-2021, tant que le total de leurs avances au titre du PPA demeure inférieur au plafond d’un million de dollars.

Le premier ministre a également annoncé un financement de 192 millions de dollars pour cinq nouveaux projets dans le cadre du nouveau volet COVID-19 du Fonds stratégique pour l’innovation afin d’offrir un soutien direct aux entreprises canadiennes pour des projets de recherche de grande envergure. Les cinq projets s’adressent aux entreprises de biotechnologie, à un groupe de recherche universitaire, au Conseil national de recherches et à une entreprise de santé numérique et ils appuieront la recherche supportant le développement d’un vaccin et la surveillance de la propagation de la COVID-19.

ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE

Après un début prometteur la semaine dernière, le gouvernement américain semble se diviser sur la meilleure façon de répondre à la COVID-19, tant du point de vue de la santé publique que de l’économie.

Au cours de la fin de semaine, le président Trump a commencé à réfléchir publiquement à la possibilité de raccourcir la période d’endiguement pour se concentrer sur la reprise économique. Bien que le président soit prêt à passer à autre chose, les gouverneurs d’au moins trois autres États ont promulgué des ordonnances de maintien à domicile. Le gouverneur Cuomo de New York a ordonné aux hôpitaux de l’État d’augmenter leur capacité d’au moins 50 %. Les gouverneurs mènent clairement la charge contre la COVID-19, quelle que soit leur affiliation politique, malgré une division partisane claire au sein de Washington D.C. sur l’étendue et la gravité de la crise.

Le ministère américain de la Défense a annoncé aujourd’hui des déploiements d’urgence en matière de santé publique, y compris le déploiement de navires-hôpitaux (promis la semaine dernière). La Garde nationale appuie les autorités de santé publique locales, qui mettent en place des installations hospitalières temporaires dans les États les plus touchés (NY, CA et WA).

Sur l’économie américaine

La Réserve fédérale américaine a annoncé avant l’ouverture du marché qu’elle achèterait autant de dette garantie par le gouvernement que nécessaire pendant la crise. En fait, la Réserve a clairement déclaré qu’elle ferait tout ce qu’il faut pour soutenir les entreprises et s’assurer que l’économie américaine ne fasse pas faillite. Malgré ces assurances, les marchés continuent de chuter, le Dow et le S&P ayant tous deux baissé d’un peu plus de 2 % à midi.

Pendant ce temps, le Sénat américain a défait le plan de relance de 1,8 trillion de dollars pour la deuxième fois aujourd’hui, après des débats animés au Sénat. En toile de fond, l’annonce de dimanche que le sénateur Rand Paul avait obtenu un résultat positif pour la COVID-19. À aucun moment il n’a été isolé, dînant avec d’autres sénateurs du GOP et utilisant le gymnase du Sénat le jour de l’annonce de ses résultats. Cela a entraîné un déséquilibre au sein du Sénat, donnant aux démocrates du Sénat une majorité temporaire alors que de nombreux républicains se mettent en quarantaine.

COLOMBIE-BRITANNIQUE

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé un plan d’action contre la COVID-19 qui prévoit un ensemble de mesures économiques totalisant 5 milliards de dollars en soutien du revenu, en allégements fiscaux et en financement direct pour les personnes, les entreprises et les services. À noter, un plan de 2,2 milliards de dollars pour soutenir les entreprises en reportant les dates limites de paiement des impôts au 30 septembre 2020 et en retardant l’augmentation des taxes sur le carbone et de nouvelles dispositions en matière de TVP. Les dépenses comprendront également des efforts visant à jeter les fondements de la reprise économique de la Colombie-Britannique. Une aide supplémentaire de 1,1 milliard de dollars a été annoncée pour les travailleurs et leurs familles, ce qui permettra de verser une somme unique de 1 000 dollars exempte d’impôt aux personnes touchées par l’éclosion. Le premier ministre a noté qu’il s’agissait « d’une première étape, mais d’une étape cruciale ».

SASKATCHEWAN

Le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé aujourd’hui la création d’une Équipe d’intervention du milieu des affaires pour faire face aux défis économiques résultant de la COVID-19.  Un guichet unique d’information a été créé sur le Web pour permettre aux entreprises d’accéder à l’information et de recevoir des mises à jour opportunes sur les initiatives de soutien provinciales. La page Web comprend des renseignements sur les mesures de soutien provinciales et fédérales, y compris le programme de soutien financier de la province récemment annoncé. L’accent est également mis sur l’approvisionnement par le biais du service d’approvisionnement unique de SaskBuilds et sur la sensibilisation des travailleurs.

ALBERTA

Le premier ministre albertain Jason Kenney a annoncé un soutien financier supplémentaire pour les Albertains et les employeurs, notamment des mesures qui annulent l’augmentation de l’impôt foncier dans le budget de 2020. De même, le gouvernement a décidé de reporter de six mois l’impôt foncier sur l’éducation, laissant 458 millions de dollars aux employeurs. Le programme prévoit également le report des primes de la Commission des accidents du travail (CAT) jusqu’au début de 2021, et le paiement de 50 % des primes de la CAT pour les petites et moyennes entreprises, au coût de 350 millions de dollars.

MANITOBA

Après une série de mesures la semaine dernière, le premier ministre du Manitoba, M. Pallister, a annoncé le lancement d’une application Web (HelpNextDoorMB.ca), qui offre un service de jumelage entre ceux qui ont besoin d’aide et ceux qui en offrent. Cette approche est parallèle à celle adoptée au Québec pour renforcer le tissu social, en faisant en sorte que les citoyens se soutiennent les uns les autres pendant la crise actuelle.

ONTARIO

Lundi, le gouvernement de l’Ontario a annoncé un certain nombre de nouvelles mesures dans le cadre de l’escalade des efforts pour aider à combattre la propagation de la COVID-19 et à atténuer les impacts sur les entreprises et pour assurer la sécurité des gens. La province ordonnera la fermeture obligatoire de tous les lieux de travail non essentiels à compter du mardi 24 mars à 23 h 59. Cette fermeture sera en vigueur pendant 14 jours, avec la possibilité de prolongation du décret en fonction de l’évolution de la situation. Une liste complète des entreprises autorisées à rester ouvertes sera publiée demain – nous suivrons cette liste attentivement.

La province fournira aux municipalités et aux organisations qui administrent les services sociaux un financement de 200 millions de dollars pour les appuyer dans leur réponse à la COVID-19. Ce financement aidera les municipalités et les fournisseurs de services sociaux tels que les refuges, les banques alimentaires, les services d’urgence, les organismes de bienfaisance et les organisations à but non lucratif à continuer à fournir leurs services essentiels, à embaucher du personnel supplémentaire et à trouver des moyens de promouvoir la distanciation sociale et l’auto-isolement pour que les clients restent en sécurité et en bonne santé. Les responsables des services municipaux de l’Ontario détermineront les besoins locaux et distribueront les fonds, en s’assurant que les citoyens reçoivent le soutien dont ils ont besoin.

QUÉBEC

Le Québec a ordonné la fermeture de toutes les entreprises non essentielles jusqu’au 13 avril, y compris le secteur de la construction et de l’aluminium. Une liste des opérations jugées essentielles a été publiée. Les personnes âgées vivant en résidence doivent rester dans leur chambre et ne sortir que sous supervision. Les écoles restent fermées jusqu’au 1er mai 2020, les parcs extérieurs sont tous fermés et le décret sur l’état d’urgence sanitaire a été prolongé.

Le gouvernement a déclaré que le Québec est toujours en avance et que le système de santé est en mesure de soutenir la demande actuelle et future. Le Québec a désormais dépassé l’Ontario en ce qui concerne les cas de COVID-19. Le gouvernement a préparé le public à ce changement en expliquant les facteurs d’influence, notamment l’augmentation des tests produisant une image plus claire des cas confirmés et les considérations relatives à la semaine de relâche au Québec, qui a eu lieu une semaine plus tôt que dans le reste du pays. À l’avenir, les statistiques incluront également les cas probables, ce qui augmentera encore les chiffres.

Le premier ministre Legault s’est dit favorable à la limitation des déplacements entre les provinces, car cela correspond à la limitation des déplacements dans les régions qu’il avait annoncé la semaine dernière. Toutefois, il a déclaré qu’il y aurait des considérations supplémentaires entre Ottawa et Gatineau qui nécessiteraient une attention distincte.

CANADA ATLANTIQUE

Dans une grande partie de la région atlantique, il est désormais obligatoire de s’isoler à la suite de voyages internationaux et interprovinciaux.

Dimanche, la Nouvelle-Écosse a suivi l’exemple des autres provinces et a déclaré l’état d’urgence. Le premier ministre McNeil a souligné que cela faisait partie de la réponse de la province aux personnes qui ne suivent pas les directives des responsables de la santé publique. Le gouvernement a fait remarquer qu’en vertu de cet état d’urgence, la police pouvait imposer des amendes pour des infractions à l’isolement et à la distanciation sociale.

À Terre-Neuve-et-Labrador, le parti libéral provincial a de nouveau changé d’orientation, annonçant que la course à la direction du parti pour remplacer le premier ministre Ball serait suspendue jusqu’au 1er mai au moins, et qu’une nouvelle date serait fixée pour le vote.

NOUS SOMMES LÀ POUR AIDER

Comme vous, Earnscliffe surveille attentivement le développement et la propagation du coronavirus (COVID-19) et s’efforce d’adapter ses pratiques commerciales et d’assurer la sécurité de son équipe et de sa communauté. Nous savons qu’il y a beaucoup d’incertitude dans un paysage complexe et en évolution rapide. C’est dans des moments comme celui-ci que nous savons combien il est important de prendre les bonnes décisions afin de contribuer à atténuer l’impact de cette crise mondiale sur votre organisation, vos employés et de répondre à un environnement de politique publique en mutation.

En tant qu’équipe de conseillers en relations gouvernementales, en recherche sur l’opinion publique et en communications stratégiques parmi les plus expérimentées du Canada, nous sommes parfaitement conscients que vous évoluez dans un contexte en rapide mutation et nous voulons que vous sachiez que nous sommes là pour vous aider. Nous pouvons vous conseiller, vous aider à concevoir des stratégies spécifiques et à vous adapter aux nouvelles façons de faire des affaires et aux nouvelles politiques publiques.

Une communication cohérente, précise et constante est essentielle. L’équipe d’Earnscliffe travaille régulièrement avec ses clients sur la meilleure façon de s’engager auprès de leurs communautés – que ce soit dans des circonstances normales, dans des processus d’engagement et de renforcement des communautés ou dans des scénarios de crise. Si vous avez de nouveaux besoins dans l’un de ces domaines, n’hésitez pas à nous contacter.

La situation actuelle présente un environnement de crise étonnamment plus complexe que celui que nous avons connu de notre vivant. Earnscliffe dispose des outils nécessaires pour mener des enquêtes d’opinion de manière sécuritaire, responsable, respectueuse et fiable et vous donner une idée de l’humeur du public. À l’heure actuelle, il n’y a aucune raison de prendre des décisions dans le noir si les études d’opinion peuvent apporter un éclairage précieux pour élaborer des stratégies et éprouver des tactiques.

Joignez-nous. Nous sommes là pour aider.