COVID-19: MISE À JOUR EARNSCLIFFE No. 4

COVID-19: MISE À JOUR EARNSCLIFFE No. 4

Partout au Canada, les dirigeants ont pris le temps d’expliquer les détails de divers programmes de soutien financier aux particuliers et aux entreprises et ont vu les gouvernements fédéral et provinciaux s’efforcer de rationaliser la façon dont les initiatives peuvent être facilement accessibles et mises en œuvre. L’accent est mis sur l’octroi d’un soutien financier aux Canadiens dès que possible, bien que la pression monte sans cesse pour une distribution plus rapide.

Le Nouveau-Brunswick a déclaré l’état d’urgence pour s’assurer que les citoyens écoutaient les conseils de santé publique et le premier ministre a indiqué que toute décision sur l’état d’urgence fédéral serait prise très attentivement. Les risques plus élevés auxquels sont confrontées les communautés autochtones, où les inégalités sous-jacentes en matière de santé, de conditions de vie et d’isolement soulignées aujourd’hui jouent toutes un rôle.

Pour souligner le changement que nous emboîtons tous vers les collectivités et les activités en ligne, Affaires mondiales Canada a envoyé des messages texte à tous les Canadiens à l’étranger, s’efforçant d’assurer leur retour chez eux, alors même que les vols commerciaux sont de plus en plus restreints. La frontière canado-américaine fermera dans la nuit de vendredi à samedi pour des voyages non essentiels, les États-Unis ont publié un avis de voyage mondial de niveau 4 sans précédent.

Pour la majorité des Canadiens, la nouvelle date limite pour acquitter leurs impôts sera repoussée, pour certains aussi tard que le 1er septembre 2020. Les chaînes d’approvisionnement seront ajustées pour créer un meilleur accès aux trousses de test, aux ventilateurs et au désinfectant pour les mains. Les changements dramatiques dans la vie quotidienne s’installent alors que nous apprenons comment vivre à distance et rester connectés en même temps.

GOUVERNEMENT DU CANADA

Lors de sa séance d’information quotidienne d’aujourd’hui, le premier ministre Trudeau a informé les Canadiens de plusieurs questions liées à la réponse actuelle du gouvernement à la pandémie de COVID-19. Les détails des mesures visant à limiter les déplacements non essentiels à la frontière canado-américaine sont toujours en cours d’élaboration entre les deux pays et l’interdiction entrera probablement en vigueur dans la nuit de vendredi à samedi.

En ce qui concerne le rapatriement des Canadiens actuellement à l’étranger, le gouvernement poursuit plusieurs mesures. Le premier ministre s’est entretenu avec les dirigeants d’autres pays et continuera à le faire pour coordonner les actions de sensibilisation. Il a également indiqué qu’il s’était entretenu hier avec les dirigeants d’Air Canada et de Westjet au sujet du rapatriement d’urgence du plus grand nombre possible de Canadiens. En outre, les Canadiens à l’étranger ont reçu hier une série de messages textes d’Affaires mondiales Canada leur indiquant comment communiquer avec le ministère.

Le premier ministre a également déclaré ce matin que le gouvernement travaillait en étroite collaboration avec le greffier du Conseil privé pour s’assurer que toutes les mesures nécessaires soient prises pour que les Canadiens aient rapidement accès aux différents programmes de soutien annoncés hier. En réponse à une question sur l’utilisation potentielle de la Loi sur les mesures d’urgence, M. Trudeau a déclaré que, bien que son utilisation ne soit pas exclue, « nous reconnaissons qu’il s’agit d’une loi extrême et que nous devons l’invoquer de manière réfléchie ». Le premier ministre a également encouragé les Canadiens à donner du sang s’ils le peuvent.


RÉPONSE DU CABINET FÉDÉRAL

À la suite des annonces du premier ministre, les membres du cabinet fédéral étaient à nouveau disponibles pour une séance d’information approfondie.

La Dre Tam, directrice de la santé publique, a indiqué que dans le monde, il y a maintenant 230 000 cas de COVID-19 dans 177 pays. Au Canada, il y a plus de 800 cas et 9 décès. Il y a 10 cas confirmés à la BFC Trenton. Plus de 50 000 Canadiens ont été testés.

En ce qui concerne le rapatriement des Canadiens actuellement à l’étranger, la vice-première ministre Freeland a fait remarquer qu’à un moment donné, trois millions de Canadiens vivent et/ou travaillent dans d’autres pays. Certains pays ont complètement fermé leurs frontières, ce qui rend difficile la prise de dispositions pour permettre un retour au Canada. On demande aux Canadiens à l’étranger d’utiliser des vols commerciaux pour revenir, mais cela devient de plus en plus difficile.

Une mise à jour a également été fournie sur les demandeurs d’asile qui traversent le Canada par le chemin Roxham dans le Sud du Québec. Le gouvernement fédéral a consulté le gouvernement du Québec et, à compter de demain, Ottawa fournira un logement temporaire à tous les demandeurs d’asile afin de s’assurer que la période d’isolement recommandée de 14 jours soit respectée.

Le ministre des Services aux Autochtones, M. Miller, a souligné le risque important associé à la COVID-19 en raison de la surpopulation et de la prévalence plus élevée de maladies chroniques dans plus de 600 collectivités autochtones à travers le pays. Son ministère collabore avec les dirigeants autochtones pour planifier des interventions d’urgence et s’assurer que des fournitures sont en place pour appuyer des plans de santé spécifiques. Les lignes directrices pour le Fonds de soutien aux communautés de 305 millions de dollars annoncé mercredi seront publiées sous peu.

RÉACTION AUX MESURES ÉCONOMIQUES FÉDÉRALES D’HIER

La réponse à la première phase du programme d’aide économique du gouvernement fédéral a été largement positive. La plupart des économistes et des groupes d’intervenants ont salué l’annonce comme une première étape importante pour aider les ménages et les travailleurs vulnérables, mais ont averti que beaucoup plus sera nécessaire à mesure que la crise de la COVID-19 s’aggravera, et que le succès de certaines initiatives dépendra de la rapidité avec laquelle le gouvernement peut mettre de l’argent entre les mains des Canadiens.

Le défi : Comment accélérer la livraison
Deux programmes constituent la pierre angulaire de l’ensemble visant à aider les particuliers.

La nouvelle Allocation de soins d’urgence, un programme de 10 milliards de dollars, versera jusqu’à 900 $ toutes les deux semaines pendant une période maximale de 15 semaines, afin d’offrir un soutien du revenu aux travailleurs, y compris les travailleurs autonomes, qui doivent rester à la maison pour soigner un membre de la famille atteint de la COVID-19 ou qui doivent s’occuper de leurs enfants en raison de la fermeture des écoles, et n’ont pas accès à des congés de maladie payés. L’Allocation de soutien d’urgence, également nouvelle, sera remise par l’entremise de l’ARC afin d’offrir jusqu’à cinq milliards de dollars de soutien aux travailleurs qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi et qui font face au chômage.

Ces deux programmes devront être approuvés par le Parlement pour voir le jour, et cela arrivera vraisemblablement lorsque la Chambre et le Sénat se réuniront de nouveau la semaine prochaine pour une séance d’urgence. Le gouvernement estime que les deux programmes seront opérationnels au début d’avril. De plus, le Programme de prestation pour enfants amélioré et les changements apportés au crédit pour la TPS devraient être opérationnels au début du mois de mai.

Le facteur déterminant pour le succès de ces programmes sera la capacité du gouvernement à mettre en place rapidement les procédures, les politiques et les processus de demande pour respecter ces échéanciers. Exiger des individus qu’ils fassent une demande d’aide créera des retards et des complications supplémentaires pour le versement de l’argent aux personnes à faible revenu. L’approche fédérale a incité certains à se demander pourquoi le gouvernement fédéral ne se contentait pas simplement d’envoyer de l’argent aux gens le plus rapidement possible, pour ensuite imposer l’excédent par l’entremise du régime fiscal.

La rapidité de l’aide financière est essentielle pour prévenir des écarts de revenu dévastateurs pour les Canadiens à faible revenu, dont bon nombre sont profondément endettés et vivent très près de la ligne financière. Un sondage Ipsos Reid réalisé en octobre 2017 pour le cabinet comptable MNP a révélé que plus de la moitié des Canadiens vivent à moins de 200 $ par mois de ne pas être en mesure de payer toutes leurs factures ou de s’acquitter de leurs dettes. L’étude a également révélé que pour 10 % des Canadiens, la marge d’erreur pour les finances des ménages est encore moins élevée, soit 100 $ ou moins. C’est le défi auquel le gouvernement fédéral est confronté : comment mettre de l’argent entre les mains des Canadiens avant que les particuliers et les familles ne heurtent le mur financier.

L’Alberta a rapidement reconnu hier les défis auxquels le gouvernement fédéral est confronté et la nécessité de mettre rapidement de l’argent entre les mains des gens. Entre l’annonce fédérale du matin et la fin de l’après-midi, l’Alberta a créé un programme de paiement d’isolement d’urgence qui fournira un paiement direct de 572 $ à ceux à qui on a demandé de se mettre en quarantaine ou de s’isoler. Le programme de l’Alberta fera le pont vers les nouveaux programmes fédéraux et les paiements seront déposés directement dans les comptes bancaires des personnes admissibles dès la semaine prochaine.

Préoccupations des petites entreprises
L’aide fédérale aux petites entreprises est consacrée à la couverture de 10 % des coûts salariaux jusqu’à concurrence de 25 000 $ par entreprise pendant une période maximale de trois mois. Mais Dan Kelly, président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), a maintenu que le programme de soutien devrait être beaucoup plus important pour éviter des mises à pied généralisées. Un sondage mené la fin de semaine dernière auprès des membres de la FCEI a révélé que la moitié des entreprises qui ont répondu avaient déjà connu une baisse des ventes, et que 25 % ont indiqué qu’elles ne seraient pas en mesure de survivre à une baisse importante de leur revenu pendant plus d’un mois.

Les observateurs ont noté que certains pays européens ont apporté des soutiens similaires offrant aux employeurs des subventions salariales de 75 % à 90 %. La Nouvelle-Zélande a mis sur pied hier un programme de subventions salariales qui étend l’admissibilité aux travailleurs autonomes et la limite par entreprise est de 150 000 $, soit six fois la limite du Canada. Au Danemark, le gouvernement assumera 75 % des salaires des entreprises qui maintiennent les travailleurs sur une liste de paie jusqu’à environ 5 000 dollars par mois.

ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE

Le président Trump s’est de nouveau adressé aux Américains aujourd’hui, soulignant le travail que l’administration fait pour supprimer les formalités administratives sur la voie médicale pour découvrir un vaccin et/ou un traitement antiviral pour la COVID-19. Pendant ce temps, le département d’État américain a émis un avertissement sans précédent d’avis sanitaire mondial de niveau 4 de ne pas voyager disant aux Américains à l’étranger soit de rentrer chez eux immédiatement ou se préparer à prendre refuge sur place.

Les marchés financiers ont été provisoirement apaisés par la nouvelle que la Réserve fédérale achetait 150 milliards de dollars de titres supplémentaires. Les dollars sont en forte demande à l’échelle mondiale, et la Réserve fédérale a mis en place des lignes d’échange avec pratiquement toutes les économies du monde pour faciliter le flux de fonds. Tout cela signifie que la politique budgétaire des États-Unis épuise rapidement l’arsenal de mesures d’intervention, laissant peu de choses pour lutter contre une récession, maintenant largement prévue pour le deuxième trimestre de 2020. En outre, les mises à pied augmentent à un rythme rapide, et sans filet de sécurité national en place, de nombreux Américains font face à des avenirs de plus en plus incertains.

COLOMBIE-BRITANNIQUE

Le directeur de la santé publique de la Colombie-Britannique a rappelé aux citoyens que le moment est critique pour « construire un pare-feu » contre le virus COVID-19. « Nous devons rester en connectés tout en restant séparés et nous devons prendre soin les uns des autres pendant que nous faisons cela ». Afin de rationaliser le processus pour les personnes qui reviennent de l’étranger, les délais d’attente pour bénéficier de la couverture maladie provinciale seraient supprimés. La province annoncera également des plans visant à soutenir les organisations à but non lucratif et caritatives pour aider les personnes âgées et les personnes malades.

ALBERTA

Les responsables médicaux de l’Alberta ont fait le point sur la propagation et l’endiguement du virus de la COVID-19. Entre temps, le gouvernement a continué de mettre en œuvre des mesures techniques telles que la création d’un code de facturation pour indemniser le dépistage de la COVID-19 par les responsables médicaux et les pharmacies recommandées fournissent des ordonnances maximales de 30 jours pour limiter la pression sur l’offre de médicaments. L’Assemblée législative devrait se réunir demain pour déposer un projet de loi qui appuiera les mesures d’intervention déjà annoncées.

Les responsables des services médicaux de l’Alberta ont fait le point sur la propagation et l’endiguement du virus COVID-19. Entre-temps, le gouvernement a continué à mettre en œuvre des mesures techniques telles que la création d’un système de facturation pour indemniser les responsables des services médicaux pour le dépistage du COVID-19 et a recommandé aux pharmaciens de fournir des ordonnances maximales de 30 jours pour limiter la pression sur l’approvisionnement en médicaments. L’assemblée législative devrait se réunir demain pour déposer un projet de loi qui soutiendra les mesures de lutte déjà annoncées. 

MANITOBA

Le gouvernement du Manitoba a fourni une mise à jour médicale, décrivant les mesures que le gouvernement a pris pour réduire de façon proactive la propagation du virus, comme l’ajout de d’autres centres d’évaluation communautaire, la refonte des ententes avec les syndicats pour permettre au personnel des soins de santé de répondre aux besoins urgents.

ONTARIO

 L’Assemblée législative de l’Ontario était de retour en séance aujourd’hui avec un nombre minimum de députés présents pour se conformer à la distanciation sociale. L’objectif était de permettre la protection des emplois pour les travailleurs qui sont forcés de rester à la maison parce qu’ils sont malades ou à qui l’on a conseillé de s’isoler.

Le gouvernement a également annoncé que les exigences en matière de renouvellement des permis de conduire, des cartes santé et d’immatriculation des véhicules ont toutes été retardées jusqu’à ce que le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario déclare que la situation s’est améliorée. Pour les personnes qui ne sont pas en mesure de payer leur loyer ou leur hypothèque, la capacité des locateurs et des prêteurs d’émettre des avis d’expulsion a été suspendue. Pour assurer au public que les magasins auront les fournitures dont ils ont besoin, la province a adopté une dérogation aux règlements municipaux sur le bruit qui interdisent les livraisons pendant certaines heures.

Des travaux sont également en cours pour assurer un nombre suffisant d’appareils médicaux essentiels, y compris des trousses de test et des respirateurs. Les gouvernements provincial et fédéral collaborent pour améliorer l’efficacité en remettant au gouvernement fédéral la tâche de l’approvisionnement et de l’approbation.

QUÉBEC

Dans son message d’aujourd’hui, le premier ministre Legault et son équipe économique ont annoncé un montant supplémentaire de 2,5 milliards de dollars pour soutenir les entreprises ayant besoin de liquidités et ont voulu rassurer les Québécois sur le fait que l’aide financière était coordonnée avec le gouvernement fédéral par l’intermédiaire de la Banque de développement du Canada (BDC) et d’Exportation et développement Canada (EDC). Investissement Québec évalue déjà 600 demandes de prêts et de garanties de prêts d’un minimum de 50 000 $. Soulignant l’impact dans l’industrie du divertissement, et du licenciement de 90 % des employés du Cirque du Soleil, le gouvernement a indiqué qu’une aide individuelle était disponible immédiatement pour ces travailleurs. Québec a également harmonisé ses dates de déclaration de revenus avec celles du gouvernement fédéral : le 1er juillet 2020 pour la déclaration et le 1er septembre 2020 pour le paiement des impôts.

Plus tôt aujourd’hui, le gouvernement a exhorté les citoyens à limiter autant que possible les déplacements entre les régions. Même si l’état d’urgence permet aux autorités d’utiliser des pouvoirs coercitifs et de restreindre les déplacements, les Québécois ont été invités à continuer de réagir collectivement en tant que société. Malgré les inquiétudes, le gouvernement du Québec ne fermera pas des services tels que la construction, le transport et la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

NOUVEAU-BRUNSWICK

Le premier ministre Higgs a déclaré aujourd’hui l’état d’urgence au Nouveau-Brunswick en vertu de la Loi sur les mesures d’urgence. En annonçant cette mesure, le premier ministre a déclaré que le décret avait été motivé par des personnes qui n’ont pas écouté les conseils des responsables de la santé publique. Cette mesure donne à la province de vastes pouvoirs d’agir dans l’intérêt de la santé publique, y compris la fermeture de nombreuses entreprises non essentielles, la fermeture indéfinie des écoles publiques, universités et collèges, et la fermeture d’espaces de loisirs et de divertissement publics. Les personnes qui sont invitées à s’isoler sont maintenant tenues de le faire, et la province a suspendu la capacité d’un locateur d’expulser les locataires jusqu’au 31 mai 2020.

NOUVELLE-ÉCOSSE

Aujourd’hui, le premier ministre McNeil de la Nouvelle-Écosse s’est joint à son ministre des Services communautaires pour exposer d’autres mesures que la province prend en réponse au virus. L’annonce comprenait un million de dollars pour nourrir la Nouvelle-Écosse, et le déploiement d’un supplément de 50 $ par personne en matière de soutien à l’emploi et au revenu pour les personnes admissibles et leurs familles. Le premier ministre a également souligné le financement d’urgence de 230 000 $ pour les organismes de personnes âgées et l’annonce que les locataires, dont les revenus sont touchés par le virus, ne pourraient pas être expulsés par leurs propriétaires.

TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR

Le médecin hygiéniste en chef de Terre-Neuve-et-Labrador a fait une brève mise à jour sur la situation dans sa province et a réitéré certaines des annonces faites dans le cadre de la déclaration d’état d’urgence d’hier. Aucune nouvelle mesure économique ou politique n’a été annoncée.

ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD

L’Île-du-Prince-Édouard demeure en état d’urgence et l’administratrice en chef de la santé publique de la province a fait le point sur le deuxième cas de COVID-19 confirmé sur l’Île. Elle a réitéré l’importance de l’auto-isolement et la nécessité pour les insulaires de rester à la maison.

NOUS SOMMES LÀ POUR AIDER

Comme vous, Earnscliffe surveille attentivement le développement et la propagation du coronavirus (COVID-19) et s’efforce d’adapter ses pratiques commerciales et d’assurer la sécurité de son équipe et de sa communauté. Nous savons qu’il y a beaucoup d’incertitude dans un paysage complexe et en évolution rapide. C’est dans des moments comme celui-ci que nous savons combien il est important de prendre les bonnes décisions afin de contribuer à atténuer l’impact de cette crise mondiale sur votre organisation, vos employés et de répondre à un environnement de politique publique en mutation.

En tant qu’équipe de conseillers en relations gouvernementales, en recherche sur l’opinion publique et en communications stratégiques parmi les plus expérimentées du Canada, nous sommes parfaitement conscients que vous évoluez dans un contexte en rapide mutation et nous voulons que vous sachiez que nous sommes là pour vous aider. Nous pouvons vous conseiller, vous aider à concevoir des stratégies spécifiques et à vous adapter aux nouvelles façons de faire des affaires et aux nouvelles politiques publiques.

Une communication cohérente, précise et constante est essentielle. L’équipe d’Earnscliffe travaille régulièrement avec ses clients sur la meilleure façon de s’engager auprès de leurs communautés – que ce soit dans des circonstances normales, dans des processus d’engagement et de renforcement des communautés ou dans des scénarios de crise. Si vous avez de nouveaux besoins dans l’un de ces domaines, n’hésitez pas à nous contacter.

La situation actuelle présente un environnement de crise étonnamment plus complexe que celui que nous avons connu de notre vivant. Earnscliffe dispose des outils nécessaires pour mener des enquêtes d’opinion de manière sécuritaire, responsable, respectueuse et fiable et vous donner une idée de l’humeur du public. À l’heure actuelle, il n’y a aucune raison de prendre des décisions dans le noir si les études d’opinion peuvent apporter un éclairage précieux pour élaborer des stratégies et éprouver des tactiques.

Joignez-nous. Nous sommes là pour aider.